L’été dans l’hémisphère nord, c’est le temps des jardins et des potagers, qui glisse doucement vers le temps de la récolte et des moissons. C’est dans cette optique que j’ai choisi aujourd’hui de vous raconter une petite histoire.

Chaque été, depuis que Pierre a 4 ans, il vient passer l’été chez sa grand-mère qu’il appelle affectueusement Nanny.

Nanny, femme douce et mystérieuse, a, dans son village, la réputation d’être un peu sorcière. Et cela, à cause de l’abondance spectaculaire de son jardin de fleurs et de fruits, année après année.

Pierre est maintenant un jeune homme, qui poursuit de sérieuses études. Toutefois, cette année, il ne profite pas autant de son été que les années précédentes. La différence majeure étant que ses après-midi sont consacrés à étudier plutôt qu’à se prélasser avec Nanny en prenant le thé au jardin.

Pierre est un jeune homme très brillant, mais le français lui pose certaines difficultés. Bien qu’il produise des dissertations au contenu pertinent, la forme laisse quelque peu à désirer.

Sur la recommandation de ses enseignants, Pierre a décidé de suivre des formations en ligne pour améliorer son français. Chaque après-midi, il consacre de 4 à 5 heures intensives à ses études.

Après 4 semaines, Pierre constate qu’il s’est un peu amélioré, ce qui le motive à continuer. Il ressent toutefois une certaine culpabilité face à Nanny, qu’il voit se diriger seule chaque après-midi vers son jardin.

Un jour, Pierre décide de terminer plus tôt son travail intellectuel et de rejoindre Nanny parmi ses fleurs. À sa grande surprise, le jardin n’est pas aussi coloré et luxuriant que dans ses souvenirs. Peut-être sa mémoire lui joue-t-elle des tours ? 

Le lendemain, Pierre n’arrive pas à se concentrer sur son travail. L’image de jardin de Nanny occupe son esprit. Il décide de prendre congé et se dirige vers l’arrière de la maison. Arrivé près des premiers buissons de fleurs, il prend quelques minutes pour observer la vieille femme.

Plus il l’observe, plus il devient perplexe. Sa grand-mère arrose les mauvaises herbes! Un peu confus, il se dit qu’elle sait ce qu’elle fait et il retourne à ses livres.

L’été coule doucement et Pierre continue à vaquer à ses occupations. Un matin, il décide de lire à l’extérieur. Arrivé dans le jardin, c’est la consternation!

Le chiendent et les vieilles tiges de pissenlit ont envahi tout l’espace. Il croit même apercevoir de l’herbe à poux près des clôtures. Il y a bien quelques fleurs çà et là, et quelques fruits qui sont prêts pour la cueillette, mais c’est une catastrophe en comparaison du souvenir qu’il a de son enfance. De perplexe qu’il était il y a quelques semaines, il devient maintenant inquiet. À croire que Nanny n’a plus toute sa tête!

Incapable de se plonger plus avant dans ses travaux, il réfléchit intensément à la situation en ressentant une certaine culpabilité. Il aurait dû voir que Nanny n’allait pas bien, qu’elle posait des actes incohérents. Finalement, l’arrosage des mauvaises herbes n’était pas un geste anodin, c’était le premier signe que la vieille femme perdait l’esprit.